REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
Le mouvement associatif : un partenaire incontournable

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE D'ALGERIE -> info sur le pays
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 30/12/2008 09:28:52    Sujet du message: Le mouvement associatif : un partenaire incontournable Répondre en citant

Le mouvement associatif : un partenaire incontournable

En Algérie, le mouvement associatif communautaire traditionnel est relativement actif. Le fait associatif moderne est, quant à lui, d’émergence récente.
Les associations s’investissent de plus en plus activement dans de nombreux domaines relevant des différents aspects du développement de la société algérienne, notamment dans les domaines culturel (musique, théâtre, préservation du patrimoine archéologique et historique...), social (droit des femmes et égalité des sexes, droit de l’enfant, encadrement de la jeunesse, aide aux démunis...), environnemental (sensibilisation, lutte contre la pollution, préservation des sites naturels, développement durable), du développement économique (promotion de l’investissement et de l’entreprenariat, emploi des jeunes, micro-crédit), scientifique et technique et enfin sportifs. A ce titre, le mouvement associatif occupe une place de plus en plus importante en tant qu’acteur partenaire des pouvoirs publics dans le développement social en Algérie. Depuis la promulgation de la loi 90-31 relative aux associations, environ 81 000 associations à caractère non politique ont été créées. Parmi celles-ci, environ 20 000 déclarent couvrir le domaine social et culturel.

Cependant, moins de 0,6% d’entre- elles ont pour centre d’intérêt la prise en charge de la promotion de la femme et seulement 7 associations ont pour objet la promotion des droits de l’Homme. Le gouvernement a mis en application plusieurs décrets et arrêtés interministériels visant l’organisation de l’octroi des subventions et des aides aux associations[1] dont le plus important, eu égard au projet, porte sur le contrôle de l’utilisation des subventions accordées par l’État ou les collectivités locales aux associations. Tirant les enseignements de quelques dix années d’application de la loi 90-31, le gouvernement projette d’y apporter des amendements. Depuis 2 ans, les associations qui sont actives dans le domaine socio-économique ne bénéficient de subvention que sur la base de demande de financement de projet qu’elles se proposent de réaliser et qu’elles soumettent à l’approbation des autorités alors qu’auparavant, les aides leur étaient octroyées en tant que ressources pour leur fonctionnement. Le fait associatif est caractérisé par l’instabilité de la majorité des associations, de l’irrégularité de leurs activités sur le terrain, de l’excès de «volontarisme» des associatifs et du peu d’efficacité de leurs actions en dépit d’une dépense d’énergie souvent très importante. Après l’engouement des débuts, un reflux est constaté dans la démographie des associations.

Il est accompagné d’un recentrage du mouvement associatif sur des questions proches des préoccupations de la société civile moderne. Au niveau institutionnel, l’Agence de développement social (ADS), créée par décret exécutif n° 96-232 du 29 juin 1996, a pour mission, entre autres, la promotion, la sélection et l’acheminement du financement, y compris par le biais de subvention d’actions et interventions en faveur des populations démunies et du développement communautaire. Constatant les difficultés de mettre en place un système de micro-crédit et afin de conduire de manière durable ses missions, l’ADS a fait le choix stratégique de promouvoir et de renforcer les associations et d’en faire des partenaires et des acteurs autonomes dans la conduite et l’encadrement des actions que le Gouvernement engage dans le cadre du développement social.

Toute intervention dans ce secteur
doit chercher à répondre aux problèmes propres aux associations :
-L’insuffisance du niveau de compétence de l’encadrement gestionnaire.
-L’insuffisance des capacités fonctionnelles : formulation et exécution de projet.
-L’insuffisance de vie organique : assemblées générales et réunions des bureaux tenues de manière irrégulière.
-L’inadéquation fréquente entre les activités de l’association et son identité.
-L’insuffisance dans la définition claire des missions de l’association.
-L’insuffisance de concertation entre les associations agissant dans le même domaine ou dans la même zone.
-La faiblesse voire l’absence d’actions fédératives.
-L’insuffisance de ressources pour la réalisation des actions envisagées.
-Les faibles relations et liens avec le mouvement associatif international.
Ainsi qu’aux faiblesses au niveau des pouvoirs publics (administration/collectivités locales/autres institutions telles que l’ADS) :
-L’absence de structures adéquates et de cadre organisationnel efficace.
-Les insuffisances d’ordre réglementaire et de procédures.

-Les insuffisances dans les capacités opérationnelles chez les cadres dédiés aux activités de promotion du mouvement associatif.
C’est dans un contexte d’organisation et de suivi que l’Agence de Développement Social (ADS) a inscrit tout au long de son action des séminaires au profit du mouvement associatif qui ont bénéficié d’un financement de l’ONG II. Des rencontres au niveau régional qui regroupent plusieurs wilayate ont eu lieu elles visent la formation de l’encadrement des associations en insistant sur les volets suivants : Conformité de la réglementation en vigueur, comment ficeler les contours d’un projet, suivi de la gestion financière et administrative etc.
Toutes ces actions préconisent un savoir faire indispensable en plus des relations humaines face aux élus locaux pour les intéresser à une meilleure compréhension. Durant le début de l’année 2008 à la fin décembre 15 séminaires régionaux ont été tenu soit un total de plus de 450 associations toutes filières confondues ont reçu une formation basique . La dernière en date a eu lieu à l’INFSP de Ain Benian à Alger qui a regroupé la région d’Alger. Durant l’année 2009, d’autres rencontres auront lieu pour une mise à niveau de l’ensemble des associations. Il faut dire que l’ADS et ONG collaborent d’une manière parfaite pour rehausser le niveau des associations qui ont en vraiment besoin. Quand aux autres secteurs qui sont totalement livrés à eux-mêmes il est temps d’y penser à les encadrer.


np Algerie
Mohamed El-Ouahed
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 30/12/2008 09:28:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE D'ALGERIE -> info sur le pays Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.