REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
Droits et misères de l'enfant en Afrique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 14/04/2009 17:22:02    Sujet du message: Droits et misères de l'enfant en Afrique Répondre en citant

Droits et misères de l'enfant en Afrique
Enquête au cœur d'une " invisible " tragédie


Les droits de l'enfant africain

La Charte Africaine des droits et du bien-être de l'enfant, adoptée en juillet 1990 par l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), rappelle que " l'enfant occupe une position unique et privilégiée dans la société africaine ". La Charte égrène ensuite une série de normes dont certaines, hautement innovatrices, vont bien au-delà des exigences de la Convention aux Droits de l'Enfant (CDE) adoptée par l'ONU et entrée en vigueur en 1990, et placent l'enfant au cœur des enjeux et impératifs de paix, de développement et de progrès.

Délivrée à l'issue de la Réunion spécialisée sur le trafic des enfants en Afrique de l'Ouest et Centrale, conjointement organisée en janvier 2001 par la République de Côte d'Ivoire et l'Organisation internationale de la Police Criminelle (Interpol), la Déclaration de Yamoussoukro, quant à elle, déplore " l'émergence et le développement du phénomène du trafic et de l'exploitation des enfants " et le qualifie, " sous toutes ses formes et à quelque fin que ce soit ", de " nouvelle forme de criminalité ".

Rappelant que " les enfants sont les bâtisseurs des nations de demain et porteurs des espérances du futur ", la Déclaration proclame la nécessité et " l'urgence de l'adoption d'initiatives régionales pour le bien-être des enfants ". C'est dans ce dessein que, passant de la parole à l'acte, les 5 pays membres du Conseil de l'Entente (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Niger et Togo) ont institué, en mars 2002, " un laisser-passer pour accompagner les enfants mineurs voyageant au sein de leur espace communautaire ". La mesure vise à éradiquer et prévenir le trafic grandissant des enfants de la sous-région.

S'agissant particulièrement de la question des enfants utilisés comme instruments de violence armée, l'OUA s'est engagée depuis quelques années dans une large campagne d'information et de sensibilisation, conformément, notamment, à la Résolution sur le fléau des enfants africains dans les conflits armés adoptée par la 4ème session ordinaire du Conseil des Ministres au mois de juillet 1996, et à la Déclaration de Maputo adoptée 3 ans plus tard par la 1ère Conférence africaine sur l'utilisation des enfants comme combattants.

Des promesses non tenues

Cette dynamique montre bien que la dernière décennie du 20ème siècle aura été celle d'un engagement diplomatique, juridique et politique sans précédent en faveur des enfants… Malheureusement, pour la majorité des enfants africains, la grande espérance née de cette effervescente activité diplomatique et juridique attend toujours de prendre corps dans leur vie de chaque jour.

A quoi tient cet échec du droit et du politique à garantir efficacement les droits de l'enfant en Afrique ? Si l'on peut relever l'absence de bonne foi de nombreux dirigeants africains, ce manque de volonté politique n'est pas seul en cause… Aux facteurs structurels qui tiennent à l'échec des politiques de développement économique et social, aggravé par la marginalisation dans le processus de mondialisation, s'ajoutent des facteurs conjoncturels liés à l'absence de démocratisation, à la déliquescence du pouvoir étatique, ainsi qu'à des conflits armés persistants.

La misère économique

La grave crise économique que subit actuellement l'Afrique affecte au premier chef les enfants, " caste d'abandonnés, sans assistance et avec très peu d'espoir de s'en sortir ". Ainsi, de plus en plus nombreux sont les enfants du continent qui sont contraints de se débrouiller par eux-mêmes pour survivre.

Le travail est en passe de devenir la seule voie de survie de nombreux enfants en Afrique. En Côte d'Ivoire, par exemple, le gouvernement reconnaît que " la paupérisation des familles pousse les parents à avoir recours aux revenus du travail de leurs enfants ". De plus, dans les grands centres urbains du pays, on constate " l'existence d'une prostitution occasionnelle, masquée par des activités de façade (vendeuses ambulantes, petits gardiens, domestiques) et une prostitution professionnelle encadrée par des réseaux criminels évoluant en marge et hors de la loi.

Au Gabon, on observe une augmentation du nombre d'enfants travaillant avant l'âge de 16 ans de manière informelle. Si certains enfants travaillent pour leur compte et à leur rythme (laveurs de voiture, gardiens sur les parkings), d'autres sont exploités par des adultes. C'est notamment le cas des enfants victimes de trafic (Bénin, Togo, Nigeria).

Un nouvel esclavage ?

Le drame de la majorité des enfants utilisés comme main-d'œuvre corvéable dans les grandes plantations industrielles d'Afrique de l'Ouest et Centrale notamment, a conduit certains observateurs à soutenir que " l'esclavage et la traite des Noirs existent encore en Afrique, mais, cette fois-ci, les négriers sont les Africains eux-mêmes, et leurs marchandises, des enfants africains " (Joëlle Billé, Esclavage : le bateau de la honte, L'Autre Afrique, 19 décembre 2001-8 janvier 2002).

Force est malheureusement de reconnaître que l'extrémisme du propos est peut-être à la mesure de la démesure des tragédies vécues par les enfants sur ce continent. En effet, comment réagir autrement face, par exemple, au scandale de l'Etireno, ce " bateau de la honte " dont la terrible cargaison d'enfants n'est pas sans rappeler l'enfer d'autres cargaisons d'humains affrétées il y a 4 siècles dans les mêmes conditions et à partir des mêmes côtes ouest africaines ! Ou encore lorsqu'on est confronté à la mort tragique, en février 2000 en Grande Bretagne, de la petite Victoria Climbié de nationalité ivoirienne, " bonne à tout faire " à peine âgée de 8 ans ! (BBC, African Children Enslaved in UK).

De manière générale, l'on observe que " chaque année, quelque 200.000 enfants des régions les plus pauvres d'Afrique sont vendus comme esclaves " (Olenka Frenkiel, Trafic d'enfants africains : Etireno, le bateau de l'esclavage, Courrier International n° 580, 13-19 décembre 2001, p. 66).

Doublement victime - d'une crise économique galopante et d'une abominable résurrection du mythe de " Nègre dur à la tâche " - l'enfant africain est en train de devenir une " denrée " fortement sollicitée à travers le monde entier, à des fins d'exploitation économique ou sexuelle. En Europe, dans un pays comme la France par exemple, l'on constate une aggravation de la prostitution des mineurs de plus en plus souvent venus de l'étranger, en particulier d'Afrique.

Violence armée et défaite du droit

Dans ceux des pays devenus sans Etat, ou continuant miraculeusement de subsister avec tout juste un résidu d'institutions publiques (Somalie, Sierra Leone, Liberia, République Démocratique du Congo, Soudan, etc.), des générations entières d'enfants ne savent rien d'autre de la vie que la violence homicidaire à large échelle. Cette autre particularité des misères de l'enfant africain place la question des droits de l'enfant au confluent des exigences de la règle de droit et des contraintes de sécurité.

Le phénomène des " enfants de guerre " est loin d'être une simple et marginale excroissance des situations de conflit armé. Il est en train de devenir une tendance générale qui, dans de nombreux pays, atteint une majorité d'enfants.

Au Liberia, l'UNICEF estimait, en 1994, qu'à peu près 20 % des 60.000 combattants libériens étaient des enfants de moins de 17 ans. Nombre de ces combattants aux dents de lait étaient âgés de moins de 10 ans au moment de leur enrôlement dans l'armée de libération. Au Soudan, pays d'une région à forte tradition d'enfants combattants, ces " garçons perdus " sont encore plus nombreux.

Au cours des 16 années de guerre civile au Mozambique, 10.000 enfants ont été enrôlés souvent de force dans la guérilla de la RENAMO ou au sein de l'armée gouvernementale (Comité Français de l'UNICEF, Les enfants et la guerre, 1996, p. 12). Certains de ces braves " soldats " avaient tout juste 6 ans. Tout au long de la guerre civile mozambicaine, au moins 92 % des enfants ont été séparés de leur famille ; 77 % ont été témoins de meurtres en masse ; 88 % ont été témoins d'abus physiques ou de torture ; 51 % ont été eux-mêmes abusés physiquement ou torturés ; 63 % ont été témoins de kidnapping et d'abus et ont été obligés de travailler comme porteurs : 28 % des enfants kidnappés (tous des garçons) ont été entraînés comme combattants.

En Angola, une enquête a révélé, en 1995, que 30 % des enfants avaient accompagné ou soutenu des soldats, et que 7 % des enfants angolais avaient fait feu sur un être humain. En Ouganda, on estime que l'Armée de Résistance Nationale (aujourd'hui au pouvoir) comptait quelque 3.000 enfants (dont 500 filles) dans ses rangs. Quant à l'Armée de Résistance du Seigneur, qui combat l'actuel gouvernement ougandais, on évalue à au moins 10.000 le nombre d'enfants enrôlés dans ses rangs. Ces enfants sont utilisés comme combattants, domestiques, porteurs ou esclaves sexuels.

En Sierra Leone, depuis 1991, le terrifiant Front Révolutionnaire Uni avait pour " stratégie de guerre " de faire des razzias dans des villages, afin de capturer des enfants pour les engager dans ses rangs.

Dans les prisons

S'agissant toujours du rapport de l'enfant à la violence, demeure également entière la question de la justice pénale et celle des droits de l'enfant en temps de paix ou de guerre. Généralement, les Etats Africains manquent à la fois de cadre juridique et de capacité institutionnelle dans ce domaine.

Ainsi, par exemple, dans les prisons de Conakry, en Guinée, sont enfermés de nombreux enfants et mineurs de moins de 18 ans. Généralement, ce sont surtout des enfants qui vivaient dans la rue, car leur famille était trop pauvre pour s'occuper d'eux. Ils ont été arrêtés par la police parce qu'ils se bagarraient, mendiaient ou volaient pour manger.

Partout en Afrique, des centaines - sinon des milliers - d'enfants sont entassés dans des prisons surpeuplées et de grande insanité. Ces enfants sont parfois dans les mêmes cellules que les adultes, qui mangent souvent les repas des jeunes. Au Rwanda, des centaines de gamins emprisonnés doivent répondre du terrible chef d'accusation de " génocide ". Généralement, ils ne bénéficient ni d'assistance juridique, ni d'aide psychologique appropriées.

L'avenir hypothéqué

L'ampleur des misères de ces enfants est telle que la distance demeure immense entre la réalité et les règles de droit. En adhérant aux instruments juridiques de protection des droits de l'enfant, les Etats africains souscrivent pourtant à des engagements d'où découlent des obligations internationales. S'agissant de la Convention relative aux droits de l'enfant, par exemple, les Etats parties s'engagent non seulement " à respecter les droits qui sont énoncés dans la présente Convention ", mais aussi " à les garantir à tout enfant relevant de leur juridiction " (article 2).

L'UNICEF est sans ambiguïté sur la responsabilité, en la matière, des autorités publiques : " Les gouvernements et institutions internationales doivent assumer leurs responsabilités en ce qui concerne les initiatives qu'ils prennent pour placer la question des droits et du bien-être des enfants au premier rang des préoccupations ". Pour l'organisation statutairement chargée de promouvoir et de garantir le bien-être de l'enfance, " ceux qui ne le feront pas devront rendre des comptes ".

Le continent continue néanmoins d'évoluer en marge ou hors des normes et principes auxquels il a librement souscrit. Quant à l'enfant africain, il est progressivement en passe de devenir le laisser-pour-compte de sociétés végétant elles-mêmes à la limite de la survie…

Anatole AYISI (UNIDIR, Genève), Catherine MAIA (Université de Bourgogne), Joseph AYISI (Institut des Hautes Etudes Internationales de Genève)

(extraits de l'article paru dans SEDOS Bulletin, vol. 35, n° 3-4, mars-avril 2003, pages 42-4Cool.
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 14/04/2009 17:22:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.