REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
Violences sexuelles, malnutrition, manque d’eau, enfants soldats…

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DU CONGO -> info sur le pays
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 08/02/2010 10:28:28    Sujet du message: Violences sexuelles, malnutrition, manque d’eau, enfants soldats… Répondre en citant

Violences sexuelles, malnutrition, manque d’eau, enfants soldats… exténuant quotidien des populations du Sud-Kivu
Kinshasa, 05/02/2010 / Société
Les tristes réalités du Sud-Kivu à l’Est du pays constituent un chapelet de malheurs qui ont pour noms violences sexuelles, malnutrition, manque d’eau, enfants soldats auxquels font continuellement face les populations les plus démunies de cette partie de la RDC

En quittant Kinshasa pour Bukavu, le chef-lieu de la province du Sud-Kivu, dans une délégation de quatre journalistes de Kinshasa accompagnant le chargé de la communication publique adjoint du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha, Office for the Coordinator of Humanitarian Affairs United Nations), Sylvestre Ntumba Mudingay, j'étais loin de réaliser les réalités que vivent au quotidien d'autres Congolaises et Congolais à qui Dieu a donné le Sud-Kivu pour territoire à habiter. La distance qui les sépare - environ 2000 kilomètres - de Kinshasa permet d'occulter le vécu quotidien de cette population vivant au jour le jour des pires violations de leurs droits.

Violences sexuelles, recrutement d'enfants soldats, malnutrition, déscolarisation accentuée, manque d'eau potable, des maladies comme le choléra, les réfugiés rwandais…s'y vivent à chaque seconde. Le tout dans un climat d'insécurité permanente. Un calvaire que les humanitaires : Ocha, l'Unicef, le PNUD, le PAM, le HCR, l'OMS et la FAO, appuyé par le gouvernement congolais, essaient d'assouplir avec de l'assistance de toute sorte. Une assistance qui permet à cette population de resourire, de croire encore à la vie…

Le Boeing 737-400 de Georgian Airlines loué par la Monuc dans lequel j'embarque à l'aéroport international de N'djili à destination de Bukavu, via Kisangani (Province Orientale) à l'aéroport international de Kisangani Bangoka, avant de faire escale à Entebbe International Airport en Ouganda me coupe des rêves que je pouvais me faire sur les surprises qui m'attendaient à Ciherano, à Walungu, à Mulamba, à l'hôpital de Panzi… Et le Fokker de la compagnie aérienne ALS que je prends à Entebbe International Airport me permet de penser à d'autres choses…

Forêt équatoriale, lac Albert

Des choses paradisiaques que, perché à des centaines de kilomètres, j'ai pu découvrir, extasié. J'ai aperçu d'énormes étendues d'arbres et d'herbes de la forêt équatoriale, le lac Albert : quelle belle vue ! J'ai découvert l'Ouganda par Entebbe International Airport qui m'a souhaité : ''Welcome to the Pearl of Africa'' en m'avertissant : ''We can't wait. Go to 2010'' ! Quelle organisation ! Non, ils n'ont pas attendu : ils sont déjà loin…

Je suis tiré de ma rêverie par les crissements des pneus de l'appareil sur la piste asphaltée de l'aéroport de Bukavu, précédés quelques secondes plus tôt par la voix de la belle hôtesse de l'air nous annonçant l'atterrissage dans quelques minutes.

Une Jeep de l'Unicef nous attendait : cap vers la capitale du Sud-Kivu sur une route très poussiéreuse. Plus loin, nous apercevions trois bœufs. Le chauffeur nous apprend que le bœuf d'une dot revient à 350 dollars à 400 dollars, tandis que celle pour la boucherie revient presque deux fois plus cher : 700 dollars. Mais, pour des raisons de crise, le propriétaire peut brader sa bête à 150 dollars. ''Le prix d'une chèvre à Kinshasa'', conclut Sylvestre Ntumba…

La délégation atterrit à l'auberge Belvèdere situé au centre-ville. L'ambiance festive qui caractérise le milieu contraste de loin avec la vie terne que les nombreuses visites que nous allions effectuer plus tard dans les différents villages où les humanitaires interviennent ces visites vont couper notre souffle et arracher notre compassion devant les réalités que les populations autochtones vivent chaque jour, le plus souvent, oubliées par ceux qui devaient être leur porte-parole auprès de ceux qui doivent décider de leur destin.

Ces laissés-pour-compte : retournés, femmes violées, des malnutris…

Ces délaissés-pour-compte, je les ai rencontrés dans leurs coins reculés. A Ciherano, j'ai côtoyé 648 élèves retournés de l'EP Ndatabaye étudiant dans des beaux bâtiments réhabilités par l'Unicef dans le cadre du Programme élargi d'assistance aux retournés (PEAR), encadrés par des enseignants et le directeur Simon Bulonza Kazungu, tous pétris de volonté, de courage et de détermination. C'est aussi ici que j'ai réalisé ce que peut coûter et valoir l'eau : la joie qu'éprouvent les bénéficiaires de la source de Kagezi II aménagée par les humanitaires (PNUD, Unicef, FAO et IRC).

Ce que j'ai vu à Walungu, principalement au Centre nutritionnel thérapeutique de l'Hôpital général de référence FSKI m'a beaucoup interpellé. Des enfants malnutris au degré aigu qui luttent contre la mort, accompagnés par des parents incapables d'eux-mêmes de leur procurer l'aide apportée par l'Unicef et le PAM. Ce que j'y ai entendu dépasse tout entendement : des parents qui se ''disputent'' la ration destinée aux malnutris ! Cela se passe dans le village de…Vital Kamerhe dont la grande maison est comme le nez sur le visage : très remarquable.

J'ai aussi remarqué des efforts des humanitaires - le PNUD - consistant à donner des moyens financiers à des mamans - dans le cadre des activités génératrices des recettes - qui fabriquent des beignets à vendre dans la région - j'en ai mangé deux -, même si de temps en temps des tonnes de poussière rougeâtre soulevées par les passages réguliers de véhicules se posent dessus. J'ai également appris que les humanitaires ont appuyé des jeunes garçons qui ont ouvert des salons de coiffure ambulants.

Je n'oublierai pas de sitôt la joie de revivre que l'appui conjoint du PNUD, de l'Unicef, de la FAO a suscitée chez des femmes de Bulonge du groupement de Mulamba ; victimes de violences sexuelles ou délaissées (ou veuves) par des maris disparus ou tués par des rebelles.

Après avoir rencontré et entendu le directeur exécutif de la Fondation Solidarité des Hommes (FSH) qui s'occupe des cas d'abus et de violences sexuels des enfants, les témoignages poignants des filles victimes de ces actes, je suis arrivé à cette conclusion : la bestialité de l'homme a atteint des proportions inimaginables.

J'ai cru que ma déception sur le comportement bestial des hommes s'arrêtait-là. Le discours tenu par le Dr. Denis Mukwege Mukengere de l'hôpital de Panzi sur la bestialité, la cruauté, la folie des hommes sur les femmes m'a poussé à me demander si l'homme n'est pas en train d'avancer en reculant. Peut-on considérer comme un homme la personne qui se permet d'introduire bâton, baïonnette dans le sexe de sa victime ou en y tirant des coups de balle, après l'avoir violée ?

Des réfugiés rwandais en attente pour le rapatriement dans leur pays d'origine, j'en ai vu au Centre de transit des réfugiés de Ndendere à Bukavu, après avoir rencontré également des malades de choléra au Centre de traitement de choléra (CTC) de l'Hôpital général de référence de Bukavu.

Suivez les témoignages des ex-enfants soldats ; le calvaire qu'ils ont enduré pendant plusieurs années, vous réaliserez que le temps est venu de mettre fin au recrutement des enfants au sein des forces armées ou groupes armés. Lisez les témoignages de la marche pénible dans la forêt des réfugiés rwandais pour le Centre de transit de Bukavu et vous comprendrez que la paix est la denrée la plus nécessaire dont l'homme doit disposer pour vivre en paix…

C'est tout cela, tout ce calvaire des enfants, des femmes, qui sont nos enfants, nos frères, nos sœurs, nos mamans que je vais étaler en détail dans les éditions prochaines.

L’Observateur



Avenue Kabasele Tshiamala No 21 (Ex. Avenue Flambeau No 4)
Kinshasa/Gombe, RD Congo
E-mail: lettres@digitalcongo.net, relapub@digitalcongo.net
Tel.: +2438941010; Fax.:+1 801 665 1067
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 08/02/2010 10:28:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DU CONGO -> info sur le pays Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.