REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
La Côte d’Ivoire se vide de ses populations depuis quelques semaines

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DE LA COTE D'IVOIRE -> info sur le pays
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 21/03/2011 08:00:23    Sujet du message: La Côte d’Ivoire se vide de ses populations depuis quelques semaines Répondre en citant

La Côte d’Ivoire se vide de ses populations depuis quelques semaines. La recrudescence des combats à l’ouest, et surtout la progression des mouvements armés pro-Ouattara dans plusieurs communes d’Abidjan et sa banlieue (Abobo, Ayama, Adjamé, Yopougon, Koumassi, II Plateaux, etc.), ont fait fuir des centaines de milliers d’Ivoiriens et d’habitants de la Côte d’Ivoire dans les pays limitrophes. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), le Liberia est le pays qui accueille le plus gros contingent d’émigrés fuyant les combats qui font rage tout le long de la frontière avec ce pays. Environ 250.000 réfugiés (en majorité des Ivoiriens et quelques libériens) sont entassés dans des villages et des camps surpeuplés (à Zodru, derrière la rivière Cesto, juste à un kilomètre de la frontière, Bahn, situe à 60 kilomètres à l’intérieur du Liberia, etc.). Ce qui a entraîné ces dernières semaines une forte dégradation de la situation humanitaire dans la zone, avec des cas de choléra et de dysenterie signalés.

La Guinée, l’autre voisin occidental de la Côte-d’Ivoire, commence également à faire face à un afflux massif de populations à ses frontières. Mais ici, l’on assiste plutôt à un retour en grand nombre de Guinéens vivant en Côte d’Ivoire, notamment dans l’ouest montagneux, à Abobo, Anyama… Environ 3.000 Ivoiriens ont déjà franchi la frontière, selon des statistiques du ministère guinéen de l`Administration et de la Décentralisation et de la police des frontières. Ils sont principalement installées dans les camps et localités de Bousso, Lola, Beyla, Yomou, N’Nzérékoré, Kouankan à Macenta, etc. Pas moins de 10.000 compatriotes d’Alpha Condé sont également rentrés chez eux. Le pays ayant retrouvé une relative stabilité politique à la suite de l’élection à la présidence de la République de «l’opposant historique», avec à la clé un redémarrage des activités économiques ; les ressortissants guinéens préfèrent prendre la route du «retour au pays natal». Et attendre dans la quiétude la fin des staccatos de kalachnikovs et autres déflagrations d’armes lourdes dans leur pays d’accueil, avant de penser peut-être y revenir s’installer.

Viennent ensuite par ordre de croissance, le Mali, le Ghana et le Burkina Faso. Depuis le mois de février, les camps de réfugiés de Zégoua, Farangouara et Lolouni au Mali, qui comptabilisaient jusqu’à près de 50.000 réfugiés (la plupart des Ivoiriens) au plus fort de la crise ivoirienne entre septembre 2002 et novembre 2004, ont recommencé à refaire leur plein de monde. Selon les services maliens de l’immigration, au moins 15.000 nouveaux pensionnaires ont été enregistrés dans ces camps entre la mi-février et début mars 2011. «Les populations continuent d’affluer ici chaque jour, et on craint d’être submergé comme ce fut le cas au début de la guerre», a déploré un officiel de l’OMR sur le couvert de l’anonymat.

Parmi les populations qui ont fui par centaines voire par milliers les combats à Abobo, Anyama, et maintenant Yopougon… depuis l’apparition d’un «commando dit invisible» à la fin du mois de février, nombreuses sont celles qui ont pris la direction de Noé, la dernière localité frontalière avec le Ghana, au Sud-Est de la Côte d’Ivoire. Beaucoup ont rejoint Elubo, la première bourgade ghanéenne après la barrière et le pont sous lequel coule un affluent de la Comoé, le cours d’eau qui sépare les deux pays. Avant de continuer le chemin pour un exil plutôt paisible dans le pays du Professeur en Economie John Evans Atta-Mills, en pleine croissance économique et infrastructurelle ces dix dernières années. Tous ceux qui ne se sentent plus en sécurité ou qui craignent pour leur vie et celle de leur famille à Abidjan et dans les régions du Sud-Comoé (Bassam, Bonoua, Adiaké, Aboisso), du Moyen-Comoé (Abengougou, Agnibilikrou, Niablé…) ou du Zanzan (Tanda, Bondoukou, Bouna…), en ont fait de même. Ils ont franchi la frontière du côté d’Oseikro, Wharf, New Town ou Elubo, les principales portes d’entrée de la Côte d’ Ivoire au Ghana par la route.

Selon l’Office ghanéen pour les Réfugiés (Ghana Refugee Board, GRB), des centaines de Ghanéens, d’Ivoiriens et de ressortissants d’autres pays de la sous-région ont été enregistrés ces trois dernières semaines. On dénombre environ 5.000 «Masta» et «Sista» (c’est comme cela qu’on dit au Ghana) qui ont regagné leur pays depuis le déclenchement du volet militaire de la crise post-électorale, à partir du 16 décembre 2010. Au moins deux milliers d’Ivoiriens – et quelques 500 à 700 Béninois et Togolais – dont seulement moins de 400 se sont enregistrés au GRB, vivent régulièrement au Ghana depuis le second tour du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010. «Ce nombre s’est considérablement accru ces derniers jours. 15 à 30 Ivoiriens, et quelques nationaux d’autres pays ouest-africains, viennent s’inscrire chaque jour dans nos locaux», indiquent des officiels du GRB. Mais le Ghana, qui a une longue tradition d’accueil de réfugiés et d’exilés de toutes sorte (politiques, militaires, sociaux, éducatifs…) et de diverses nationalités (des dizaines de milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile libériens, soudanais, tchadiens, congolais, togolais – et maintenant ivoiriens – ont longtemps vécu ou vivent encore dans les camps de Ampe, à l’Ouest et de Krisan, non loin d’Accra, la capitale), s’inquiète de la très forte dégradation du climat socio-politique en Côte d’Ivoire ces derniers jours. Les autorités ghanéennes – tout comme celles du Liberia – craignent un effet domino, et redoutent les répercussions du conflit ivoirien dans leurs propres pays et dans la sous-région.

Lors du dernier Fespaco (Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou, la 22ème édition, qui s’est tenu du 26 février au 5 mars 2011), de nombreux Ouagalais (habitants de Ouaga) et Bobolais (de Bobo-Dioulasso, la 2ème ville du Burkina Faso) rencontrés sur place, ont confirmé avoir vu de nombreux convois en provenance de la Côte-d’Ivoire. En effet ces dernières semaines, plusieurs files de grands cars de voyage estampillés «Convoi Humanitaire» ont pris la direction du Burkina Faso via Elubo, Odiénné ou Pôgô. A leurs bords, plusieurs ressortissants burkinabé travaillant principalement dans les zones forestières de forte production de cacao (Soubré, Yabayo, Méagui, dans le Centre-Ouest de la Côte-d’Ivoire, région d’où est originaire le chef de l’Etat défait à la présidentielle du 28 novembre). Les autorités estiment à environ 30 à 50 mille, le nombre de Burkinabé qui sont rentrés au «Pays des hommes intègres» ces trois derniers mois. Pour, disent-ils, échapper au courroux et aux représailles des forces de l’ordre, aux milices et aux jeunes patriotes pro-Gbagbo.

Le Togo et le Bénin, deux pays voisins du Ghana, comptent à eux deux, environ un millier de leurs ressortissants qui ont regagné ces deux pays ; fuyant les violences de toutes sortes à Abidjan. Et ces chiffres pourraient rapidement se multiplier à l’infini si le Président sortant Laurent Gbagbo ne fait pas preuve d’humanisme pour céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, dont la victoire vient d’être à nouveau confirmée par l’Union africaine.
http://www.connectionivoirienne.net
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 21/03/2011 08:00:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DE LA COTE D'IVOIRE -> info sur le pays Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.