REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
Le Théâtre Forum, un outil pour faire émerger les perceptions

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 05/01/2012 11:41:26    Sujet du message: Le Théâtre Forum, un outil pour faire émerger les perceptions Répondre en citant

Le Théâtre Forum, un outil pour faire émerger les perceptions

Ce n’est pas comme arme dont le peuple doit se servir (Boal, 1996) que nous envisageons d’utiliser le Théâtre, mais comme révélateur de pratiques face à une réalité vécue et perçue de façon singulière, individuelle et collective.

S’appuyant sur les méthodes utilisées en sociologie et en anthropologie, telles que les techniques d’enquêtes par questionnaire, entretien, observation…, il s’agit de développer une nouvelle méthode d’enquête s’appuyant sur le Théâtre Forum afin de recueillir un matériau pouvant être analysé selon différents intérêts thématiques et disciplinaires. Il peut être un outil efficace pour faire émerger des perceptions, des savoirs, des croyances, des pratiques des comportements d’un grand nombre de personnes rassemblées à un moment et dans un lieu donné autour d’une thématique, objet de travaux de recherche.

Tel que nous l’envisageons, le Théâtre Forum offre, dans un espace délimité et un temps court (deux heures en moyenne), une concentration de gestes et de paroles centrés sur une thématique précise. Ainsi se jouent et/ou se rejoue sous le regard des socio-anthropologues des extraits de la vie quotidienne qui s’expriment de façon spontané, et « ça ne ment pas ! » disent les burkinabés, « c’est du vécu ».

Cependant, pour qu’il puisse être un outil utilisé par des chercheurs et produire des données scientifiquement exploitables, plusieurs conditions doivent être réunies. La construction des scénettes et le choix des personnages en amont constituent une étape particulièrement importante et de laquelle dépend en grande partie la qualité des données produites par les participants.

Des pratiques aux perceptions… le rôle du Théâtre Forum

31Le Théâtre Forum a un rôle à jouer comme outil pour révéler les perceptions que les gens ont de la poussière. Mais la difficulté, pour une telle problématique, est notamment d’ouvrir un débat permettant l’expression des perceptions de la poussière et d’aller au delà de la description des pratiques qui, dans certains cas, risquent de susciter des clivages d’ordre culturel, socio-économique ou politique. En effet, par exemple, lorsque les riverains d’une route passante construisent des « gendarmes couchés » pour obliger les voitures de rouler moins vite, imaginant que le nuage de poussière soulevé sera moins important19, il est important de resituer la situation dans son contexte pour comprendre ces pratiques. Car, outres les problèmes que cela pose pour la circulation en terme de sécurité, de réaction des automobilistes ou même d’efficacité20… il faut éviter tout risque de dénonciation de « coupables » comme les automobilistes – ou ceux qui ont les moyens de s’acheter une voiture –, telle autorité qui ne finance pas des travaux pour goudronner la route ou ne l’entretien pas ou qui ne donnerait pas les moyens aux habitants de vivre dans de meilleures conditions de vie… Dans cet exemple, comprendre les perceptions que les populations ont de la poussière est essentielle : comment la poussière est-elle dénommée ? Quelle perception les habitants ont-ils de la densité et de sa variabilité ? A quel moment vont-ils s’en protéger ? Quelles perceptions sensorielles en ont-ils ? et aussi plus indirectement, quelles perceptions chacun a-t-il de son cadre de vie ?... La poussière est-elle énoncée comme un réel problème à résoudre ou comme une fatalité ? S’agit-il de vivre avec, ou de trouver des solutions pour la réduire ? Cependant, tout ne semble pas si simple : par exemple, goudronner toutes les routes suffit-il pour éliminer la poussière ? ou encore est-il possible d’interdire les véhicules polluant à Ouagadougou ? Autant de questions à ne pas négliger pour que puisse être appréhendée la problématique en profondeur et être exploitée à des fins scientifiques tout en conservant une réelle attraction et un intérêt pour les populations. Cela nécessite par conséquent une préparation réfléchie, minutieuse et rigoureuse.


Conditions préalables pour une exploitation scientifique pluridisciplinaire dans le cadre d’un projet de recherche.


Recueillir et mémoriser un matériau vivant

Introduire dans le public des témoins pratiquant une observation participante, comprenant les principales langues parlées à Ouagadougou, pour noter les réactions, commentaires, interjections exprimées par les différents groupes présents que sont celui des enfants, des femmes, des « vieux », des notables et des jeunes. Par cette observation de l’intérieur, les « complices » pourront surtout rapporter des paroles qui échappent car non entendues ou reprises lors du débat et recueillir des attitudes, réactions spontanées exprimées hors champ. Il s’agit dans cette démarche de capter des réactions qui risqueraient d’être perdues dans l’engouement général et de les mettre en lumière à l’occasion d’un débriefing à l’issue de la représentation. Ces informations, particulièrement riches et difficilement accessibles autrement, font le sens même du Théâtre Forum tel que nous l’envisageons dans une démarche scientifique. Ainsi, les regards portés durant la séance dans sa totalité, tant lors de la première représentation que dans le débat qui s’instaure, et selon des points de vue différents offrent à l’anthropologue des informations précieuses pour comprendre les perceptions et les comportements de chacun des sujets présents et considérés dans leur individualité et dans leur rapport au collectif.

Une caméra fixe et autonome permet aux spectateurs d’oublier plus facilement leur présence et de m (...)

Le fait de filmer chacune des représentations en postant une caméra21 cadrant sur la scène, une autre sur le public permet d’intégrer le champ et le hors champ chacun riche d’informations à décrypter et analyser dans un va-et-vient. Ce qui se sera passé durant la représentation puis les improvisations du point de vue des acteurs et de celui des spectateurs sera réinscrit dans un contexte spécifique ce qui permettra d’analyser les perceptions des acteurs en présence de la poussière à travers les discours, les comportements, les pratiques et les actions proposées. La base de données alors constituée et mémorisée offrira aussi un matériau riche pouvant être utilisé par d’autres disciplines et exploité dans le cadre de corrélation avec les mesures de terrain comme la densité de la poussière, le type de trafic, le type de revêtement des routes… ainsi que les actions sanitaires ou les sensibilisations environnementales notamment.

Par ailleurs, comme cela a déjà été fait au Burkina Faso, les représentations pourront être rediffusées à la télévision à l’occasion d’une émission thématique et/ou venir en appui aux actions de sensibilisation menées par les décideurs, et/ou introduire un débat portant sur la problématique qui, comme nous l’avions identifié, n’a jamais été effectivement traité comme un sujet en soi par les médias qu’ils soient audio phoniques, télévisuels ou écrits.


Pour conclure

Cette méthode innovante introduisant le Théâtre Forum comme un révélateur des perceptions et des pratiques nécessite d’être testée afin d’être affinée, pour éviter les écueils liés à la complexité et à la variabilité des contextes, avant d’être utilisée dans le cadre d’autres études. Nous pouvons cependant dès à présent insister sur différents points important dans la perspective d’envisager une nouvelle forme de Théâtre Forum à des fins scientifiques.

La préparation de l’expérimentation mérite beaucoup d’attention, de précaution et peut-être de temps autant que toute démarche scientifique visant à produire des données pertinentes et exploitables à plusieurs niveaux d’analyse variant selon les points de vue, l’espace, le temps, les disciplines... La définition des objectifs et le processus de construction du scénario ne peuvent être envisagés que dans une dynamique d’échanges entre l’auteur, le metteur en scène et les scientifiques.

Chaque représentation doit permettre de révéler comment une thématique particulière raisonne pour un groupe de personnes réunies dans un espace donné durant un moment commun, court partagé et délimité. La diversité et la véracité des émotions, aspirations, réactions et actions suscitées par chacune des mises en situation permettront de faire émerger les perceptions communes et singulières, individuelles et collectives, sociales et politiques, privées et publiques…

Plusieurs étapes préparatoires au lancement et à la réalisation des représentations théâtrales sont nécessaires pour assurer la pertinence scientifique, permettre une exploitation complète du matériau recueilli et d’assurer la validité scientifique des analyses réalisées.

Un travail en commun entre le scénariste de la troupe de théâtre, les socio-anthropologues du projet et les autres chercheurs membres du projet est incontournable pour : choix des thèmes abordés par chaque scénette, intégration où non de personnages représentant les acteurs (médecin, journaliste, météorologue…), intégration ou non d’informations sur la thématique… type de population ciblée, langue utilisée notamment.

- Le choix des lieux de représentation doit être discuté avec les membres du projet dans une logique d’interdisciplinarité : selon les contextes socio-économiques, ethniques du quartier, le type d’activité du quartier (écoles, forgerons, charbonniers, institution, résidentiel… parc), la concentration du trafic, le type de fréquentation des véhicules motorisés (voiture/2 roues, vitesse, présence ou non de ralentisseurs, revêtement du sol, présence ou non de carrefours/feux tricolores par exemple), le type d’habitat, sa densité et sa distribution spatiale… la présence d’antécédents sanitaires éventuels, les caractéristiques physiques des zones considérées (centre/périphérie, carrefour, plus ou moins exposées au vent… ).

- Le choix des moments des représentations est à discuter avec les membres du projet dans une logique d’interdisciplinarité : saison sèche ou non, semaine et/ou week-end, journée et/ou soirées, heures de pointe en fonction du type de population cible, des risques épidémiques, de l’importance du vent…

- Identifier le public cible (appartenance ethnique, niveau social…) est nécessaire pour choisir le lieu de représentation et corréler d’éventuels facteurs socio-économiques avec les pratiques, vulnérabilités exprimées ou non… Selon la qualité de l’habitat (habitat traditionnel construit autour d’une cour en terre ou villa fermée et carrelée), les populations sont plus ou moins protégées des aléas climatiques et développent par conséquent des pratiques variées. Par ailleurs, selon leurs habitudes et leurs activités, les jeunes développeront peut-être des pratiques différentes de celles des femmes, les « vieux » pourront faire référence aux traditions et aux croyances, par exemple. Il est par conséquent nécessaire d’aller à la rencontre de chacun des groupes sociaux pour appréhender les perceptions individuelles et collectives dans leur diversité et leur complexité.

Ces différents éléments devraient permettre d’établir un cahier des charges pour la compagnie de théâtre pressentie. Cela donnera aussi la possibilité de renouveler l’expérience dans des contextes différents et de permettre des comparaisons éventuelles.

ps si vous souhaitez une formation Théâtre Forum France et Afrique prendre contact avec le repertoire des ong repertoireong@gmail.com
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 05/01/2012 11:41:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.