REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
violations récurrentes des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DE LA COTE D'IVOIRE -> info sur le pays
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 19/11/2012 10:22:26    Sujet du message: violations récurrentes des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire Répondre en citant

Alors que le mot « désarmement » a disparu du vocabulaire gouvernemental, que les organisations humanitaires internationales viennent une fois de plus de dénoncer les brutales violations récurrentes des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire depuis l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir, et que le président de la République, comme à son habitude, a réagi en nommant les chefs de guerre et militaires indexés à des postes de responsabilité, le Délégué national aux Questions sociétales de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) , le Dr Eblin Pascal Fobah, dresse un tableau sans fard du déclin ivoirien et appelle les intellectuels et les hommes politiques à agir de façon responsable.
Par Dr Eblin Pascal Fobah | LIDER | 12 novembre 2012
________________________________________
L’enthousiasme qui avait porté le président Alassane Ouattara au pouvoir semble, après dix-huit mois de gestion réelle, avoir fait long feu. Aujourd’hui, les Ivoiriens sont dans le doute et se demandent où le chef de l’Etat les conduit, alors que le pays se trouve dans une impasse politique, avec le processus de réconciliation qui piétine, et dans une impasse sociale, avec la cherté de la vie et les menace de grève qui surgissent un peu partout. Les clignotants sociaux et politiques du pays ne sont pas rassurants. Cela dénote d’une nette régression relativement à la confiance placée en ses potentialités et en ses nouveaux dirigeants. Cette réflexion présente quelques sources de cette régression.
Il y a quelques jours, Amnesty International et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (Fidh) ont produit des déclarations dans lesquelles elles remettaient en cause la gestion des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire. A la suite de la publication de ces rapports, le gouvernement a entrepris une visite des endroits incriminés. Mais, malgré les dénégations peu convaincantes du gouvernement, le constat est là: les droits de l’Homme sont piétinés en Côte d’Ivoire avec, excusez du peu, des camps de concentration qui ne disent pas leur nom. Et Amnesty International vient, comme pour répondre au gouvernement ivoirien et le désavouer, de réitérer cette affirmation dans un courrier adressé au ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères à l’occasion de l’appréciation de la candidature de la Côte d’Ivoire à l’élection au conseil des droits de l’Homme des Nations Unies. Les interrogatoires menés à coups d’électrocution ou avec des sachets brûlés sur le dos des prisonniers sont non seulement inhumains, mais rappellent de triste mémoire l’époque des gouvernances latino-américaines des années 70-80. Jamais, après l’épisode des faux complots d’Houphouët-Boigny au début des indépendances, il n’y a eu autant de prisonniers politiques que maintenant. On se demande ce qu’est devenu, une fois assis dans le fauteuil présidentiel, le démocrate tant célébré par les chancelleries occidentales qui ont l’impression, aujourd’hui, d’avoir été flouées mais se trouvent dans l’incapacité de désavouer publiquement leur poulain pour ne pas paraître ridicules d’avoir mis la charrue avant les bœufs. Pour une communauté internationale qui a horreur du déshonneur, la Côte d’Ivoire n’est pas loin d’offrir le scénario imprévu d’une immense erreur de casting dans les allées feutrées des palais présidentiels. En parlant de démocratie mais en agissant de façon diamétralement opposée, les gouvernants actuels ne favorisent pas une amélioration de la gestion des droits de l’Homme ni de la gouvernance démocratique.
La politique du rattrapage ethnique, revendiquée par le président de la République, en plus de violer l’article 10 de la Constitution, place le pays au-delà des bornes du fonctionnement démocratique des Etats. Beaucoup de citoyens ont perdu leur emploi parce que, dans l’incapacité de créer les emplois promis, l’on a trouvé le raccourci de licencier les uns pour embaucher les ethniquement proches. Malgré les nombreuses promesses de campagne faites par Alassane Ouattara, la réalité montre que ses slogans électoraux se sont retournés contre lui en très peu de temps.
«Ne donne pas ta voix à la misère», «Ne donne pas ta voix au chômage», «Ne donne pas ta voix à l’échec scolaire», «Ne donne pas ta voix à la corruption», entendait-on.
Aujourd’hui, la misère, le chômage ethnique par rattrapage, la gestion patrimoniale de la manne financière étatique bercent le quotidien des Ivoiriens. Le train de la bonne gouvernance peut siffler autant qu’il veut, les gouvernants actuels s’arrangeront toujours pour arriver en retard à la gare. On se sucre, à coups de détournements scandaleux dont les auteurs ne sont évidemment jamais poursuivis, sur le dos du contribuable dont la taille, à force de se serrer la ceinture depuis les années 80, a pris l’apparence caricaturale de celle d’une guêpe.
S’il faut reconnaître un talent au gouvernement, c’est sa capacité à communiquer beaucoup et bien, au point qu’à les écouter, on a l’impression que la Côte d’Ivoire est le paradis sur terre. Malheureusement, cette communication à effet cosmétique bien rodée ne parvient pas à tromper les esprits observateurs sur la laideur des réalités sociales ivoiriennes, à l’heure où le panier de la ménagère s’est transformé en sachet et où les pauvres représentent près de la moitié de la population
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 19/11/2012 10:22:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DE LA COTE D'IVOIRE -> info sur le pays Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.