REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
Mali : Crise sociopolitique et humanitaire, quelle sortie de crise?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DU MALI -> Infos sur le pays
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 15/03/2013 10:34:45    Sujet du message: Mali : Crise sociopolitique et humanitaire, quelle sortie de crise? Répondre en citant

Mali : Crise sociopolitique et humanitaire, quelle sortie de crise?



Publié par Moulaye Touhami Haidara le 6 mars 2013

Le Mali est en crise. Guerre au Nord, crise institutionnelle et de gouvernance au Sud, à Bamako. Le 22 mars 2012, le président en exercice Amadou Toumani Touré est renversé par un groupe de sous-officiers lors d’un putsch dirigé par le capitaine Amadou Aya… Incapacité d’une classe politique à décider de l’avenir d’un pays, une classe politique assez largement corrompue depuis deux décennies… L’intervention des armées française et africaine (MISMA) s’inscrit dans le temps. Quelle sortie de crise? Quel “vivre ensemble” pour les communautés qui peuplent ce Nord Mali?

A la suite, la constitution est suspendue, plusieurs responsables civils et militaires sont mis aux arrêts, la classe politique divisée. D’un coté le FDR légaliste s’agrippant à la constitution, en face le COPAM, le MP22, Alternative IBK 2012, l’armée en capilotade, la hiérarchie brisée, le pouvoir en lambeaux. Une répression s’abat sur les opposants au putsch militaire, mettant ainsi le pays dans une situation de grave crise de gouvernance et mettant en péril des efforts de plus de cinquante ans d’indépendance et l’intégrité territoriale après plus de vingt ans d’alternance pacifique et de stabilité politique, isolant ainsi le pays des instances internationales.

Auparavant, en janvier 2012, une nouvelle rébellion armée voyait le jour avec l’attaque perpétrée sur la ville de Ménaka. Les régions du nord tombent successivement sans combat entre les mains des groupes armés occasionnant l’occupation des deux tiers du territoire national : Kidal, Gao et Tombouctou resteront de longs mois sous la coupe des groupes terroristes islamiques et le MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad).

Pendant que les groupes armés décident de l’occupation totale du pays, la confusion règne à Bamako, les institutions de la république sont fragilisées, le pays est à nouveau en face d’une crise institutionnelle. Des marches de soutien ou de protestation sont organisées. Le président de la République sera agressé dans son palais et donné pour mort suivant différentes versions.

Diverses appréciations sont faites de cette crise. Au sommet de l’Etat se trouve un triumvirat qui ne fait pas bon ménage : un président intérimaire, un Premier ministre de « pleins pouvoirs » et un chef de junte bunkerisé dans sa garnison de Kati à15 kmde Bamako. Le président tirant sa légitimité de la Constitution, le Premier ministre ayant pour référence l’Accord Cadre Cedeao Cnrdre (junte militaire) et le capitaine Sanogo qui doit son assise aux armes.

Dans un tel contexte, la tête ne réfléchit pas : c’est plutôt l’instinct de survie politique qui taraude les esprits.

Des groupes armés et de leur ligne de conduite

Le MNLA a été créé en octobre 2011 de la fusion de plusieurs groupes touaregs qui avaient trouvé refuge en Libye et qui sont revenus au Mali après la chute de Kadhafi. Il se présente comme « un mouvement révolutionnaire et laïc qui lutte pour le droit à l’autodétermination de l’Azawad » et il est dirigé par Mohammed Ag Najim, ancien colonel de l’armée libyenne.

Le 6 avril 2012, il proclame son indépendance à travers les médias occidentaux .Cette indépendance n’a été reconnu, à ce jour, par aucun État.

Les différents groupes armés au nord du Mali ne partagent pas les mêmes objectifs.

Le MNLA milite pour l’indépendance de l’Azawad constitué par la partie nord du Mali.

Le groupe islamiste Ansar dine (en arabe « Défenseurs de la religion ») a été créé en décembre 2011. Il est dirigé par un touareg, ancien dirigeant des rébellions des années 1990 : Iyad Ag Ghaly.

Contrairement au MNLA, le groupe Ansar din ne remet pas en cause l’intégrité territoriale du Mali. Il prêche l’intention d’imposer la Charia sur l’ensemble du pays.

Quant à AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique), il est issu du groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien. Il a été créé suite à son allégeance, le 11 septembre 2006, à Oussama Ben Laden. Il s’est installé dans le nord du pays sans trouver de résistance de la part de l’État malien. Cette passivité des autorités maliennes a permis à AQMI de se constituer un sanctuaire dans cette région du Sahel où il a détenu et détient de nombreux otages. Certains ont été échangés contre des rançons grâce à la médiation de l’État malien et/ou burkinabè. AQMI compte dans ses rangs des combattants de diverses nationalités, notamment algérienne, mauritanienne, sénégalaise et malienne de même que Boko Haram et Ansarou qui sont des groupes islamistes actifs au Nigeria qui ont des liens avec AQMI.

Le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) est né en fin 2011, d’une défection des rangs d’AQMI. Le mouvement a revendiqué notamment l’enlèvement, fin octobre 2011, dans la région de Tindouf (sud-ouest de l’Algérie) de trois travailleurs humanitaires (deux Espagnols et une Italienne), puis l’enlèvement de sept diplomates algériens le 5 avril 2012 à Gao au Mali. Il prêche l’application de la charia sur les populations qui doivent subir désormais les affres d’une occupation de fait au nord du pays par des groupes armés séparatistes et salafistes coalisés transformant cette partie du Mali en un état taliban au cœur du Sahara avec des combattants afghans et pakistanais.

De nos jours, ces différents groupes terroristes prêchent un islam radical et prolifèrent des menaces à l’endroit des pays du sahel et de l’occident. À ces groupes armés viennent s’ajouter plusieurs milices arabes et touaregs qui bénéficient du soutien de l’état malien.

Les milices songhoi interviennent en cas de crise et vivent le long du fleuve Niger. Ce sont : le mouvement patriotique Gandakoye et le Gandayzo (« maîtres de la terre », en songhay) et Ganda Izo (« fils du pays »).

Le Mouvement patriotique Ganda Koy a été créé par d’anciens membres de l’armée malienne lors de la rébellion touarègue des années 1990.

L’occupation du Nord

Au nord, les populations sont soumises à toutes sorte d’exactions et l’application radicale de la charia islamique conduit à des amputations, flagellations, confiscations de libertés individuelles et collectives ; imposition de tenues vestimentaires, destruction de mausolées, recrutement d’enfants soldats, violences sexuelles, mariages forcés.

Au delà se développe un vaste trafic d’armes et de drogue dont les tentacules dépassent de loin les frontières du Mali et du Sahel occidental. Les révolutions arabes ont bouleversé l’équilibre des forces dans toute la région créant ainsi une situation d’instabilité favorable aux terroristes qui cherchent à étendre leur influence.

Cette situation est favorisée par l’absence de structures étatiques effectives et les carences de développement qui ont favorisé l’émergence de revendications autonomistes et l’apparition de groupes et de milices armés dans le nord du Mali, la libre circulation transfrontalière des armes qui alimentent les conflits dans les pays du sahel.

C’est aussi la conséquence directe de la chute de Kadhafi qui a vu le retour de plusieurs touaregs de sa légion militaire, l’attaque des garnisons militaires, la destruction et le pillage des biens publics et privés, les violations graves au droit international humanitaire à travers les massacres de Tessalit et Aguelhok en exécutant froidement des militaires prisonniers de guerre. Ansar Dine et le MNLA sont indexés par la plupart des observateurs avisés des pratiques de ces mouvements d’un autre âge.

La nouvelle donne – l’occupation du nord par les groupes armés – occasionne le déplacement des populations à l’intérieur et l’extérieur du pays dans les pays voisins occasionnant une situation de crise humanitaire aggravée dans les pays du sahel.

On recense près de 400 000 refugiés dans les camps de Mauritanie, d’Algérie, du Niger et du Burkina Faso. Avant cette catastrophe, les enquêtes sanitaires et des missions de l’Unicef attiraient déjà l’attention des autorités nationales et organisations internationales sur l’état de malnutrition dans lequel se trouvaient plusieurs milliers d’enfants au Nord.

A Bamako, la vie n’est aussi pas rose pour les déplacés. Aux charges de logement et de nourriture s’ajoute l’incertitude des lendemains pour des milliers d’enfants qui vont difficilement à l’école.

Comment justifier cette résurgence de la rébellion?

Le cycle résiduel de l’irrédentisme peut s’expliquer par plusieurs facteurs et derrière tous ces agissements se cachent des enjeux géopolitiques et stratégiques : la région a connu un regain d’intérêt depuis les prospections minières par plusieurs sociétés.

En plus du retour des combattants de la Libye, il faut comprendre le cycle des crises au Mali qui ont trois causes essentielles :

L’héritage colonial

La colonisation a laissé des problèmes de frontières poreuses, des limites territoriales litigieuses et un système d’administration inapproprié compte tenu de la diversité ethnique et l’existence de plusieurs empires et royaumes, fractions et tribus.

En lieu et place du mode de gestion traditionnel avec des diversités et réalités différentes l’option d’un état fort centralisé pour la cohésion nationale est préconisée par le colonisateur.

Le peuple touareg n’adhère pas à l’idée d’administration dans laquelle il ne se reconnait nullement. Il a été réprimé.

Trois ans après l’indépendance en 1960, c’est le début du soulèvement du même peuple. Il est réprimé à nouveau et le Nord connaitra le cycle de mouvement de crises de révoltes successives de 1988 à 1991. Les accords de Tamanrasset interviendront avec plus tard la signature du pacte national, octroyant un statut particulier pour le nord.

De 1960 à aujourd’hui, cette quiétude a certes été troublée quelquefois, notamment dans la première partie de la décennie de 1990 lorsque des individus, en juin 1990, ont déclenché une rébellion armée contre le pouvoir central avec pour revendications les exigences d’une meilleure politique d’administration et de développement des régions déshéritées du nord.

Déjà au cours de cette décennie, les droits de l’homme ont été constamment et gravement violés de part et d’autre, avec la mort de nombreux innocents. Pourtant, il n’y a jamais eu aucune enquête pour situer les responsabilités et enclencher la justice. Au contraire, sous la médiation algérienne et la pression de l’Occident, les autorités ont fait dans la compromission des programmes d’intégration et des projets de réinsertion socioéconomique des ex-combattants des mouvements et fronts unis de l’Azawad et de Ganda Koy.

La faiblesse de l’Etat

En cinquante ans d’indépendance, le Mali a connu plusieurs coups d’états, et tentatives de coups d’états, de même que l’organisation de plusieurs élections avec des faibles taux de participation, la mauvaise gouvernance caractérisée par des politiques contre-productives, sans visions et sans participation populaire ni contrôle démocratique avec parfois l’imposition de leaders.

A titre d’exemples :

Au niveau politique, la confiscation du pouvoir, la faible participation citoyenne.

· 31,4 % pour les élections présidentielles de 1992

· 22,7 % pour les élections législatives de 1992

· 38,4 % pour les élections communales de mai 1999

· 43,2 % pour les élections communales de juin 1999

· 29,9 % pour les élections présidentielles de 2002

· 30 % pour les élections législatives de 2002

· 37,06 % pour les élections législatives partielles de Mopti de 2006

16,32 % pour les élections législatives partielles de Sikasso de 2006

· 9,48 % pour les élections législatives partielles de la Commune V de Bamako de 2006

· 32,19 % pour les élections législatives de 2007

· 35,38 % pour l’élection présidentielle de 2007.



Nous publions ci-dessous les recommandations du MAEE / CDC:

En raison de la forte dégradation de la situation sécuritaire au Mali, il est formellement déconseillé de s’y rendre, y compris à Bamako, jusqu’à nouvel ordre.
Par ailleurs, il est fortement recommandé aux personnes dont la présence n’est pas indispensable au Mali de quitter provisoirement le pays via les lignes aériennes commerciales qui desservent Bamako.
En tout état de cause, il est recommandé à nos compatriotes résidant sur place de faire preuve de la plus extrême vigilance, de se tenir informés de l’évolution de la situation et de respecter les consignes de sécurité de l’ambassade.
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 15/03/2013 10:34:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> REPERTOIRE ASSOCIATION HUMANITAIRE DU MALI -> Infos sur le pays Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.