REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE
Le forum du répertoire des ong/association humanitaire permet a des volontaires de partir sur des missions humanitaires avec des ong fiables!
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Recherche personnalisée


 MESSAGE DU JOUR 
Nouveau site visiter le site du répertoire des iles d'AFRIQUE http://www.repertoireilesafrique.com/
le business des «enfants-sorciers»

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
administrateur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 3 681
genre: masculin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: 22/05/2013 12:20:59    Sujet du message: le business des «enfants-sorciers» Répondre en citant

Afrique: le business des «enfants-sorciers»
19 juillet 2010 à 18:39 (Mis à jour: 21 juillet 2010 à 11:0Cool

Par PAULINE ANDRÉ

«Un pasteur m’a brûlé le corps avec des bougies. Dans une autre église encore, on m’a versé dans les yeux de la sève tirée d’un arbre», témoigne Glodie Mbete, âgée de 11 ans, à Kinshasa.

Plus de 20.000 enfants ont été accusés de sorcellerie à Kinshasa, selon le bureau régional d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale de l'Unicef. L'organisation publie un nouveau rapport sur ces «enfants-sorciers», «de plus en plus nombreux».

La plupart sont des garçons qui ont entre 8 et 14 ans. Souvent battus, parfois brûlés pour exorciser les «mauvais esprits», ils sont ensuite chassés de chez eux quand ils ne sont pas tués. Un phénomène «récent» qui concerne surtout l'Afrique centrale, tout particulièrement le Bassin du Congo et du Nigeria.
Un phénomène urbain



En Angola, au Cameroun, au Congo ou au Nigeria, les «enfants-sorciers» sont le plus souvent orphelins, handicapés ou albinos. Des enfants au comportement insolite (têtu, agressif, pensif, solitaire...) sont également la cible des familles des villes africaines.

Un grand nombre d'accusations vient en effet des familles elles-mêmes. Les croyances à la sorcellerie sont largement répandues dans les pays d'Afrique subsaharienne. Alors qu'il y a une dizaine d'années, on attribuait surtout la sorcellerie aux femmes âgées, les enfants sont aujourd'hui la principale cible de la lutte anti-sorcière qui sévit dans certains pays d'Afrique.

Le rapport de l'Unicef montre que ce ne sont pas uniquement les croyances à la sorcellerie qui sont la cause de ces accusations. L'urbanisation croissante des villes a entraîné un «dysfonctionnement général de la famille et un bouleversement des relations entre aînés et cadets», explique Joachim Theis, conseiller régional pour l'Unicef pour la protection des enfants en Afrique de l'Ouest et du centre.

Une urbanisation qui remet en cause la légitimité de l'autorité parentale. Et les conflits incessants multiplient le nombre d'orphelins que les familles n'arrivent plus à prendre en charge.
Le «business» des «pasteurs-prophètes»



«Certains prêtres exploitent ces croyances, proposent des services d'exorcisme très coûteux», explique Joachim Theis. Les familles amènent alors ces «enfants-sorciers» pour une séance de «désenvoutement». Le pasteur confirme et légitime l'accusation et administre à l'enfant un «traitement spirituel». L'enfant est notamment isolé et privé de nourriture pendant plusieurs jours et victime de «mauvais traitements».

«Pendant trois jours, on n’a pas eu le droit de manger ni de boire. Le quatrième jour, le prophète a placé nos mains au dessus d'un cierge pour nous faire avouer. Alors j'ai reconnu les accusations et les mauvais traitements ont pris fin. Ceux qui n'acceptaient pas étaient menacés du fouet», raconte le jeune Bruno, accusé de sorcellerie à Kinshasa. Ces séances peuvent être individuelles ou collectives.

En République centrafricaine, des prêtres se livrent à des opérations chirurgicales pour «nettoyer» les «enfants-sorciers». «Puisque la sorcellerie est définie comme étant une substance dans l’abdomen de l’enfant, le pasteur découpe, avec un couteau non stérilisé, le ventre de l’enfant et ampute un petit morceau d’intestin de l’enfant, symbolisant la sorcellerie», rapporte l'Unicef dans son rapport. En Angola, onze églises ont fermé pour abus.

Les enfants sorciers au Congo, la faute à d’étranges églises "évangéliques" !


Dans son film, "Kinshasa Kids", le Belge Marc-Henri Wajnberg s’intéresse au triste phénomène des "enfants sorciers". Auteure d’une critique, la journaliste Maria Malagardis (Libération) dénonce les églises évangéliques.

Enfant-Afrique-Pleure"Ils sont huit, sept garçons et une fille, tous chassés de chez eux car accusés d’être des enfants sorciers, des shegués. Un phénomène inquiétant et bien réel, qui s’est développé ces dernières années en Afrique et singulièrement à Kinshasa. La faute en revient aux églises évangélistes qui ont prospéré sur le terreau de la misère et du désespoir. Dans la seule capitale congolaise, ces sectes qui mêlent transe et prières collectives seraient plus de 3 000. Un chiffre à rapprocher des quelque 30 000 enfants des rues, souvent accusés de sorcellerie par les pasteurs évangélistes qui offrent ainsi une explication facile au malaise ressenti par des familles déstructurées, incapables d’assumer leur progéniture dans un climat de survie (et d’infidélité) permanente", rapporte Maria Malagardis.

"Maman m’a dit de partir"

En mars 2011, la journaliste Caroline Six (Rue89), s’était également intéressé à ces enfants qui sont "accusés d’être des suppôts de Satan". Parmi les cas évoqués, y figure celui d’une église évangélique. En effet, le jeune Sankas, 13 ans, est dans la rue depuis l’âge de 8 ans. Il raconte : "C’est maman qui m’a chassé. Parce que je mangeais trop. Je réclamais. On m’a injurié et frappé avec un bâton pour que je dise que j’avais la sorcellerie. Maman m’a amené à l’église de Bima [Eglise évangélique de la commune de Bumbu ndlr]. Là, on a dit que j’étais un sorcier. On m’a mis de l’huile sur les yeux pour me délivrer. Mais quand on est rentrés à la maison, maman a pris mes habits et m’a dit de partir, que j’étais un sorcier".

De l’huile sur les yeux… une pratique totalement étrangère à l’Evangile, de même que la "succion-aspiration" pratiquée par certains "intercesseurs" ! Ces églises dîtes "évangéliques" s’inspirent vraisemblablement des pratiques de marabouts pour réaliser leur "exorcisme"…

Caroline Six dénonce sans détour les pratiques de ces églises indépendantes : "Comme 80% des 30 000 à 50 000 mineurs qui mendient, travaillent, enfantent et dorment dans les rues de Kinshasa, Sankas a été chassé de sa famille (au sens élargi) après avoir été accusé de sorcellerie par une Eglise indépendante. (…) Plus de 7 000 dans la capitale congolaise, elles sont devenues un rouage essentiel dans le processus qui mène de nombreuses familles kinoises à abandonner leurs enfants. En procurant une caution spirituelle aux familles inquiètes, ces communautés aux inspirations diverses et combinées, souvent stigmatisées sous le nom d’Eglises de réveil, ont transformé, en moins de vingt ans, un phénomène restreint en une réalité sociale banale et acceptable".

Un missionnaire évangélique au secours des "enfants talibé"

Au Sénégal, ou un phénomène similaire existe – celui des enfants talibé – (ces derniers ne sont pas victimes d’églises évangéliques, mais de marabouts musulmans), des chrétiens évangéliques essaient de les aider à s’en sortir. C’est le cas notamment de Serge HUB, qui a travaillé à Dakar, auprès des enfants talibés, en 2010 et 2011. Exploités par les marabouts, ou abandonnés par leur famille, ces petits êtres vulnérables sont souvent à la merci des adultes : exploitation, maltraitance, viols… Serge HUB explique que si on peut semer dans une vie la haine, la terreur, la méchanceté, on peut aussi y semer l’amour et l’espoir ! En plus de ses voyages missionnaires, il a également produit un SLAM dans lequel il dénonce leurs conditions de vie et leurs mauvais traitements.

Paul OHLOTT
_________________
Infos: nouveau site répertoire des iles d'Afrique
http://repertoireilesafrique.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 22/05/2013 12:20:59    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    REPERTOIRE ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE AFRIQUE Index du Forum -> PROJET FINANCEMENT ONG/ASSOCIATION HUMANITAIRE -> DOCUMENT ONG /ASSOCIATION -> Dossier de la semaine,Débat autour de l'humanitaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.